Entre juin et octobre 2013, les salariées des deux structures ont participé ensemble à une formation sur l’accompagnement à l’installation et à la transmission, organisée par la FADEAR et animée par Brigitte Chizelle et Dominique Lataste du cabinet Autrement Dit. Une occasion pour approfondir notre connaissances des actions de l’autre, et pour se pencher sur le sujet ensemble, à partir des exemples de pratiques d’accompagnement.
La première question qui s’est posée à tous : pourquoi dissocier installation et transmission ? Est-ce que cette dissociation signifie quelque chose, en quoi est-elle pertinente, en quoi ne l’est-elle pas ?
S’intéresser à l’installation, c’est peser sur le renouvellement des générations, sur la reproduction des identités professionnelles. C’est donc très stratégique. Relier transmission et installation l’est encore plus.
A la suite de cette formation, nous étions encore plus persuadés de l’intérêt de croiser nos actions. Et nous sommes repartis avec quelques outils, mais surtout beaucoup de questions pour en inventer de nouvelles.
En parallèle, le CEDAPAS a mené entre mai et décembre 2013, en binôme avec Autrement Dit, un « chantier » sur la mise en relation cédant-repreneur (rapport d’étude bientôt disponible sur notre site web). Cette étude avait pour objectif d’approfondir la connaissance de ce sujet pour formuler des propositions d’actions, en impliquant l’ensemble des acteurs concernés en région Nord Pas de Calais.
Ce travail a été l’occasion de rencontrer une diversité de structures d’accompagnement en région, et de mieux connaître le positionnement de chacun. Le côté hautement stratégique de la transmission-reprise a plusieurs fois été confirmé, plusieurs structures s’auto-proclamant « chef de file » de la thématique ! Une dizaine de propositions ont été émises, qui tournent principalement autour de la valorisation de la transmission, de l’importance de son accompagnement, de la nécessite de ne pas séparer installation et transmission, et du rôle central que joue la confiance dans l’aboutissement des démarches de transmission-reprise.
Ce travail a également été l’occasion de réunir des groupes de cédants et de repreneurs lors de réunions de discussion autour de cas concrets de transmission-reprise non aboutis, un outil qui s’est révélé très intéressant, et qui a depuis servi comme support à une formation à destination de porteurs de projets et de cédants, organisée en partenariat entre AVENIR, le CEDAPAS et Terre de Liens (journée « Je recherche des terres »). Une première concrétisation de nos réflexions communes, que nous avons déjà prévu de reproduire.
Deux autres thématiques sont encore à creuser : quel accompagnement mettre en place pour tenir compte du projet de transmission-reprise dans son ensemble ? quels outils inventer pour permettre l’instauration d’une relation de confiance entre cédant et repreneur ?
Affaire à suivre !
Émilie Lacour
Animatrice du CEDAPAS