Certains d’entre vous ont entendu parler de « Brillon » et du fait « qu’il faudrait le refaire ». Brillon, c’est la concrétisation d’une idée simple : les petites installations agricoles, à tort qualifiées de « hors normes » ou « atypiques », étaient (et sont encore) mal reconnues et mal connues par les administrations et les pouvoirs publics locaux (de la mairie à la région), entre autres. Cela est dû au fait que depuis plus de 40 ans, une politique agricole de modernisation, fondée sur l’agrandissement, la mécanisation et la production de masse, a façonné l’image de l’agriculture et des paysans : ceux-ci sont devenus « exploitants agricoles », voire « agri-managers », laissant peu de place pour les paysans et pour les petits projets agricoles, les rejetant ainsi aux oubliettes de l’atypisme ou du hors norme. Conséquence pour ces candidats à l’installation : un parcours du combattant, souvent accompagné de frustrations voire de colère.